Un bureau 100% féminin pour le Stade Montois Course d’Orientation !

Félicitations à Carole SALVAT (Nouvelle Présidente du Stade Montois Course d’Orientation), Muriel BAYARD (Trésorière) et Stéphanie LABARTHE (Secrétaire) d’avoir accepté de relever le défi de dynamiser la section Course d’Orientation du Stade Montois. Lors de l’Assemblée Générale de ce mardi soir, en présence de Farid HEBA (Maire Adjoint de la Ville de Mont de Marsan), Lionel GAUZERE (Président du Stade Montois Omnisports), d’une partie des licenciés dont Cécile et Samuel LAPORTE, Marie BUFFET, il a été annoncé un réel engouement pour cette pratique avec + de 30 demandes lors du dernier Forum de Nahuques.

La prochaine séance de découverte est calée au samedi 22 septembre à 15h00 à Menasse (base de loisirs). Toute personne intéressée pour découvrir cette discipline peut se rendre directement pour une séance découverte offerte et encadrée par Lucien Garcia, entraîneur diplômé. Pour toute prise de contact, merci de vous rapprocher du 06 78 49 74 22 afin de préparer l’organisation technique (carte, balise, boussole)

Del Arte propose du Sport Entreprise à ses 23 collaborateurs !

Marianne et Christophe Faure (Propriétaires du Restaurant Italien-Pizzéria DEL ARTE à St Pierre du Mont) a offert à ses 23 collaborateurs, ce lundi, une journée détente et conviviale organisée par le Stade Montois Omnisports. Assimilé à des activités BootCamp, inspiré des sessions sportives à la militaire tout droit débarqué des Etats-Unis, l’équipe DEL ARTE & sa Direction se sont vus proposés tout d’abord une séance Pilate & Relaxation au sein de l’établissement, puis ont été amenés avec les minibus du Stade Montois sur la zone de Menasse.

Habillés comme des militaires, les activités (jeux de cohésion, séance de muscu en forêt selon la méthode naturelle, tir à la corde …) se sont succédées sous l’encadrement de Julien Morin et Cédric Martinez. Après 2h30 de sueurs, d’entraide mais surtout de bonne humeur et de fou rire, la journée s’est poursuivie chez un de nos partenaires au Green Oak où les attendaient d’autres activités (molky, pétanque, tennis de table) mais surtout apéro-tapas terminé par un bon repas. Tous les collaborateurs ont été ramenés en toute sécurité par le Stade Montois Omnisports.

Un grand MERCI à toute l’équipe de DEL ARTE que vous pouvez retrouver midi et soir à la Zone du Bourrassé au 63 rue Antoine Becquerel à Saint Pierre du Mont (05 58 45 45 00).

Si vous aussi vous êtes intéressés par ce genre d’activité, n’hésitez pas à nous contacter, nous vous étudierons une prestation à la carte (possibilité de se déplacer sur tout le département, de rajouter des nuitées, salles de réunions …).

Le défi fou d’Yvan Malitte pour le Marathon des Landes du 21 octobre prochain !

Yvan souffre d’une maladie évolutive depuis l’âge de 9 ans, il est malvoyant et malentendant.

Depuis ses 18 ans, il est sur un fauteuil roulant mais garde un moral d’acier. « Le sport c’est ma vie, c’est ça qui me tient » nous dit Yvan, ce Soustonnais de 56 ans. Yvan ne sera pas à sa 1ère performance sportive car il a déjà à son actif plusieurs marathons et semi-marathons (Bordeaux, Béhobie-San Sébastien, Bizanos, Montfort-Dax) mais aussi des 24 heures (La Rochelle, Salies de Béarn). Son seul regret : d’avoir été disqualifié pour les Jeux Paralympiques de 1984 au profit d’un athlète plus médiatisé …

Yvan s’élancera donc sur son Handbike avec son compère Philippe Capera (Prof de sport à Dax et Triathlète depuis 30 ans avec de nombreux Ironman) qui lui ouvrira la course en vélo.

Yvan est assisté au quotidien par Sabine Leboucq, son Aide Médico Psychologique, mais est complètement autonome sur les routes de Soustons quand il s’agit de s’entraîner 4h00 tous les matins, 7 jours sur 7, sur des distances moyennes de 40 kms.

Ses objectifs pour son 1er Marathon des Landes : « ne pas gêner les concurrents et le faire en 4h00 ! ». Respect !

Le Stade Montois Omnisports présent au Forum de la BA118 après celui de Nahuques !

La BA118 accueille ses nouvelles familles ce mercredi ! L’occasion pour le Stade Montois Omnisports de présenter ses 34 sections et manifestations diverses dont le prochain marathon des Landes du 21 octobre qui traversera de nouveau la base aérienne de Mont de Marsan.

Un grand merci au Colonel Cédric Gaudillière de nous ouvrir ses portes avec ses 3 600 personnes et 400 stagiaires répartis dans les 480 bâtiments sur + de 600 hectares.

Retrouvez l’interview de Rémi Tales dans la plaquette du Stade Montois Omnisports !

La nouvelle plaquette du Stade Montois Omnisports est en ligne sur le site www.stade-montois.org (https://fr.calameo.com/read/0004145922d21e32d8151) !

Retrouvez toute l’actualité des 34 sections mais aussi des articles sur nos champions à commencer par Patou et Rémi Tales dont c’est le grand retour à Boniface ce dimanche 2 septembre contre Béziers !

Vous trouverez aussi des dossiers sur le Sport Entreprise, Sport Santé, Sport Insertion et bien d’autres. Un grand merci à Michel Lacrouts pour la rédaction des interviews et notre partenaire Copytel pour la mise en page.

Plaquette de 80 pages à se procurer gratuitement sur le stand du Stade Montois Omnisports lors du prochain forum de Nahuques les 8 et 9 septembre mais aussi au forum de la BA118 le mercredi 12 septembre.

Extraits de l’échange avec Rémi Tales :
 
Rémi TALES fait son retour dans son club
formateur, il évoque son parcours et les futures
échéances montoises.
 
Ton retour en Pro D2 a pu surprendre, n’as-tu
pas été tenté de rester en top 14 pour un ultime
contrat ?
 
Rémi TALES : Bien sûr que l’on est toujours tenté de
rester au plus haut niveau, j’ai eu quelques opportunités
en top 14, avec des offres financières plus alléchantes,
mais c’est un tout. En pesant le pour et le contre, j’ai
privilégié un retour chez moi, dans le club qui m’a formé,
en pensant également à mon reclassement.
 
Ressens-tu une pression particulière ?
 
R.T : Je sais qu’il peut y avoir une certaine attente, je n’ai
pas de grosse pression particulière, mais je vais surtout
essayer de bien faire, d’apporter mon expérience, en
tout cas, je vais faire le maximum pour que tout se
passe bien.
 
Que retiens-tu des trois clubs où tu es passé ?
 
R.T : Les trois étaient tous différents, ils m’ont tous
apporté quelque chose, j’ai ainsi vu voir l’évolution du
rugby. A La Rochelle, alors en Pro D2, c’était très familial,
les dirigeants préparaient en amont les structures pour
évoluer en top 14. Le club a grossi petit à petit, j’ai participé à l’accession, un super souvenir. Puis j’ai signé
à Castres, familial également, mais déjà en avance, plus
professionnel, avec un budget plus conséquent. Enfin
au Racing 92, j’ai connu le très haut niveau, avec des
structures et des installations dignes d’un grand club
d’Europe, je souhaite d’ailleurs à tous joueurs de pouvoir
connaître ce genre de club.
 
Paradoxalement, dans ta longue carrière, tu n’as
pas connu beaucoup d’entraîneurs, quel est celui
qui t’as le plus marqué ?
 
R.T : Effectivement, après le stade montois, je n’ai
connu que cinq entraîneurs, c’est peu dans une carrière,
Darricarrère/Milhas à La Rochelle, Travers/Labit,
Reggiardo pendant six mois à Castres, où nous avons
connu des moments très forts, afin d’assurer le maintien.
Tous m’ont apporté, je les remercie sincèrement, ils m’ont
tous fait une grande confiance, je ne garde que de bons
souvenirs, partout ou je suis passé.
 
Que retiens-tu des dernières années passées au
Racing 92, confronté à une grosse concurrence ?
 
R.T : Bien sûr, la concurrence dans ce genre de club est
très forte, notamment à mon poste avec Dan CARTER
que l’on ne présente plus, mais elle a été toujours
très saine. Ces trois saisons ont été toujours été très
positives pour moi, j’ai tout de même pu disputer deux coupes d’Europe, malheureusement perdues, la
dernière il y a trois mois dans le stade de Bilbao. J’ai vu
dans ce club, des supers joueurs, je retiens notamment
Joe ROKOCOKO, exceptionnel sur le terrain, mais
également en dehors.
 
Parles-nous de ton passage en équipe de France ?
 
R.T : J’y ai connu de grands moments, avec une coupe
du monde jouée, les tournées, deux tournois des
six nations, des satisfactions, mais également des
déceptions, avec notamment l’élimination en quart de
finale contre les Blacks en 2015.
 
Tu reviens à Mont de Marsan, ton club formateur,
on peut imaginer que tu as trouvé beaucoup de
changements ?
 
R.T : Lorsque je suis parti, on s’entraînait au Loustau,
en 10 ans, il y a eu un gros travail d’effectué, tout a
évolué, avec de nouvelles structures d’entraînement, de
nouvelles tribunes, une organisation bien huilée.
 
Tous les ans, Mont de Marsan, avec un budget serré,
atteint le tableau final, sans pouvoir franchir le cap
de l’accession. Comment vois-tu la saison à venir ?
 
R.T : La première étape est d’être dans les six, ce ne sera
pas simple, vu que le niveau est toujours plus relevé,
avec des adversaires nombreux à vouloir y être aussi.
Après, lorsqu’on est dans les phases éliminatoires,
tout repart à zéro et tout est possible. D’abord restons
humble, c’est comme ça que l’on peut réussir à faire de
grandes choses.
 
Est-ce ton dernier contrat ?
 
R.T : Rien n’est définitif, je ne me suis pas fixé
d’échéance, je verrais dans deux ans comment je suis et
ce que le club veut faire de moi.
Powered by wordpress| Compare Premium WordPress Themes