Nationale 3 : Retour à Doazit pour les Montois.

Huit jours après le quart de finale de Coupe des Landes homérique perdu dans les dernières secondes face à ESMS, les hommes de Patrick Dumas et Jeff Cabannes retournent ce samedi à Doazit pour y affronter les Diables Rouges d’HDC, ce coup-ci pour le compte du championnat. Il ne reste que quatre journées avant le coup de gong final et bien malin est celui qui peut pronostiquer à coup sûr l’identité de la formation qui sera appelée en Nationale 2 au soir du 13 avril. En effet, s’il y a fort à penser que le REAL ne devrait pas quitter le fauteuil de leader d’ici cette date. Il n’est pas certain qu’il remonte en N2. Peut être ne le veut-il pas, peut être ne le peut-il pas un an après avoir demandé à être rétrogradé en N3 alors qu’il avait assuré son maintien sportif en N2. Derrière, c’est la bouteille à l’encre. Le Stade Montois a soufflé provisoirement la seconde place à Castelnau Médoc lors de la dernière journée. Cette position est fragile puisqu’elle ne tient qu’à la différence de goal average entre les deux équipes. Derrière, HDC pointe à un point et est en train d’effectuer un retour canon après avoir traversé une période délicate autour des fêtes de fin d’année. Autrement dit, cette rencontre opposant le second au quatrième, ressemble à un bal des prétendants dont le vainqueur pourrait très bien se voir proposer la montée le 13 avril prochain. Pour les Montois, l’équation est simple, il leur faut l’emporter car ce n’est pas le score du match aller ( victoire aux forceps 84 à 83 ) qui laisse la moindre marge de manoeuvre. En cas de victoire, les Montois distanceront définitivement les Diables Rouges et resteront dauphins avec trois rencontres à disputer, dont encore deux à l’extérieur à Saint Rogatien ( abordable ) puis à Challans ( beaucoup plus compliqué ). La réception de Moutiers le 13 avril paraissant être dans leurs cordes, la principale clé de la fin de saison se situe bien à Doazit. Pour HDC, c’est presque le schéma inverse. Passé le choc de ce samedi, les Chalossais ont un calendrier beaucoup plus favorable : réception de Castelnau, déplacement à Saint Rogatien et réception de Challans. Deux victoires sur le Stade Montois puis Castelnau propulseront les Chalossais à la seconde place qu’ils ne voudront pas quitter lors des deux dernières journées. Voilà les données du problème.

Reste à savoir dans quel état d’esprit les Montois vont aborder cette rencontre cruciale. Ils ont laissé beaucoup d’énergie en vain dans le magnifique combat qu’ils ont livré en Coupe des Landes. Les mines étaient encore bien tristes à l’entraînement en début de semaine et il faudra beaucoup de talent à coach Dumas pour rebooster ses troupes à bloc. En effet, les Diables Rouges les attendent de pied ferme avec, en outre, la volonté de prendre leur revanche du match aller qui leur avait échappé dans les toutes dernières secondes. Il devrait donc y avoir du spectacle et de l’émotion. Les jaune et noir auront besoin de tous leurs supporteurs pour franchir l’obstacle.

Lieu : Doazit. Coup d’envoi : Samedi à 20 h.

Coupe des Landes : Les Montois tout près de l’exploit.

Lieu : Salle de Doazit. Spectacteurs : Nombreux 🙂

Arbitres : Jérôme Cazenave et Marion Castera

Score à la mi-temps : ESMS : 37 – 38 Stade Montois

Scores par quarts temps : 17 – 26 ; 20 – 12 ; 14 – 13 ; 21 – 18

Les points :

Stade Montois: Pawlicki 19, Boteko 9, Laffitte 2, Racon 13, Daroux 4, puis Lafferrere 2, Goram 8, Dupouy 5, Botton -, Matiu –

ESMS: Medenouvo 2, Gayon 20, Pavlovic 9, Ruop 9, Jofresa 17, puis Sabatou 3, Sebie 2, Gilbert 3, Darrieutort 4, Gauthier 3

 

L’affiche des 1/4 de finale de la Coupe Guy Candau voit les deux formations entamer les débats particulièrement contractées. Daroux déflore le planchot imité par Boteko par un panier “and one” et l’ESMS se retrouve aussitôt dans le dur : 0 à 12 au bout de deux minutes de jeu. Elle s’en remet à son géant Serbe pour revenir un peu ( 6 à 14 à la 4è ) mais ne parvient pas à imposer son jeu. Les défenses sont agressives et se retrouvent toutes deux dans la pénalité au bout de 5 minutes de jeu. La fin du premier acte est équilibrée et voit les gars de la Préfecture passer en tête à la première bouée : 17 à 26. L’écart reste stable au début du second quart temps ( 21 à 29 à la 14è ) puis l’ESMS remet de l’intensité en défense qui lui permet de recoller un peu, obligeant le coach Montois à prendre un temps mort. Le jeu devient de plus en plus brouillon, ce dont profitent les gars de la Préfecture ( 30 à 38 à la 18è ). Les verts retrouvent leur adresse à 3 points par l’inévitable Gayon et recollent en fin de mi-temps atteinte sur le score de 37 à 38. On pense alors qu’ils ont fait le plus dur d’autant que les intérieurs Montois sont gênés par les fautes.

La reprise est de nouveau brouillonne et le score évolue peu. Pawlicki, en panne d’adresse jusque là, enfile son premier triple vite annulé par Jofresa ( 42 à 43 à la 24è ). Gayon lui emboîte le pas par deux fois et permet à l’ESMS de prendre la tête pour la première fois ( 48 à 46 à la 26è ). Les Montois réagissent aussitôt et repassent devant. La fin du quart temps est acharnée et voit les deux équipes se séparer au coude à coude : 51 partout à la 30è. Au début de l’acte de vérité, Pawlicki enfile deux triples lointains dont il a le secret et l’ESMS voit tous ses efforts pour combler leur handicap initial annulés en quelques secondes. Les Montois se remettent à y croire et défendent bec et ongles leur pactole. Ils s’arc-boutent en défense mais les verts reviennent peu à peu ( 57 à 61 à la 36è puis 61 partout à 3 minutes 30 du buzzer ). Boteko relance les siens par un autre panier “and one” ( 61 à 64 ) à 2 minutes. On pense que les Montois ont fait le plus dur mais ils vont manquer de maîtrise durant le money time. Jofresa intercepte et marque lui aussi avec la faute. Les deux équipes sont à égalité à une minute. Gayon replace les siens en tête et les Montois perdent leur sans froid. L’ESMS enfonce le clou depuis la ligne de réparation ( 70 à 64 à 24 secondes ). Les réussites tardives de Pawlicki ne suffiront pas pour ramener les Montois qui laissent filer une victoire qu’ils ont longtemps entrevue. L’expérience a parlé et l’ESMS est bien heureuse d’atteindre une nouvelle fois le dernier carré et peut encore rêver le fouler le sable des arènes de Dax. L’aventure se termine là pour les Montois mais ils n’ont pas à rougir de leur performance. Il leur a seulement manqué un peu de lucidité dans les moments clés. C’est le propre d’une équipe jeune qui se construit peu à peu.

Les Montois auront l’occasion de prendre leur revanche sur leurs bourreaux en quarts de finale de la Super Coupe Sud Ouest. Ils auront ce soir là l’avantage de jouer à domicile. La date de cette rencontre n’est pas encore arrêtée.

Coupe Guy Candau 1/4 de finale : Les Montois défient l’ESMS ce vendredi à Doazit.

Il y a bien longtemps que les hommes de la préfecture n’avaient pas goûté au parfum d’un quart de finale de coupe des Landes. En effet, depuis quelques saisons, ils avaient pris la très mauvaise habitude de réaliser des contre performances face à des équipes de division inférieure qui, elles, avaient l’esprit “coupe” chevillé au corps. L’arrivée de Patrick Dumas, un chalossais pur jus, a quelque peu changé les lignes et ses poulains abordent ce type de rencontres avec un état d’esprit plus conforme à ce genre de rencontres “à la vie, à la mort”. Cette année, ils ont franchi deux tours en Super Coupe Sud Ouest en allant s’imposer dans la salle de leur adversaire et se retrouveront en quarts de finale le mois prochain. En coupe des Landes, le sort les avait jusque là avantagés en leur proposant des adversaires tirant dans des catégories nettement inférieures mais ils ont su faire preuve de sérieux pour que le doute sur l’issue des débats ne plane pas longtemps. En championnat, la formation Montoise a trouvé son rythme de croisière depuis la saison dernière. Troisièmes de l’exercice précédent à un point de Niort et l’ESMS, tous deux promus en N2, les jaune et noir ont repris le fauteuil de dauphin à Castelnau samedi dernier à l’issue d’une rencontre aboutie où ils ont laissé les prolifiques Girondins à moins de 55 points, preuve qu’ils sont capables de défendre fort pendant quarante minutes. Il va leur falloir rééditer ce genre de performance car l’ESMS possède de grosses individualités capables de mettre le feu au terrain. Le danger viendra de partout et il faudra que chacun donne son maximum pour espérer réaliser un exploit. Après une belle carrière professionnelle, Nicolas Gayon rêve de soulever le trophée favori du basketteur Landais qui manque à son brillant palmarès. Son équipe a certes marqué le pas ces deux dernières semaines mais sans doute avait-elle déjà un peu la tête à Doazit en recevant l’ASCH samedi dernier. Toujours est-il qu’aucun match ne ressemblant à un autre, il ne faut pas se fier aux statistiques récentes et l’ESMS, malgré un handicap de 7 points, reste le favori sur le papier. Elle rêve, tout comme les Montois, de fouler le sable des arènes de Dax le soir de la finale qui sera à la fois inédite et historique. Celui qui le voudra le plus pourra continuer à rêver.

Romain Dupouy​ 3ème du CourtCuts​ du 9 mars 2019

Coupe Guy Candau – 1/4 de Finale : ESMS vs Stade Montois

Avant se déplacer chez HDC en championnat, le 23 mars 2019, nos Montois ont l’occasion de prendre leurs marques dans la salle de Doazit puisqu’ils y affrontent un solide ESMS en ¼ de finale de la coupe des Landes, ce vendredi soir à 22h30.

Notre équipe fanion devra faire preuve du même sérieux que la semaine dernière pour se rapprocher un peu plus des arènes de Dax.

Elle compte évidemment sur ses fidèles supporters pour les encourager et les y accompagner.

Coup d’envoi : 22h30 – Lieu : Salle de Doazit – Route de Mus – 40700 Doazit

Nationale 3 : Les Montois surclassent Castelnau 78 à 53.

Lieu : Espace Mitterrand. Spectateurs : 400.

Arbitres : Messieurs Marbat et Legay. Mi-temps : 42 à 30.

Scores par quarts temps : 21 à 16 ; 21 à 14 ; 16 à 13 ; 20 à 10.

STADE MONTOIS : 18 fautes, aucun joueur sorti. 15 lancers réussis sur 22 tentés.

Les points : Boteko 21 ; Dupouy 15 ( 2 à 3 pts ) ; Racon 12 ; Pawlicki 9 ( 1 à 3 pts ) ; Daroux 8 ; Lafférrère 8 ; Goram 5 ; Botton – ; Laffitte – ; Matiu -.

CASTELNAU MEDOC : 23 fautes, aucun joueur sorti. 12 lancers réussis sur 16 tentés.

Les points : Deleris 13 ( 2 à 3 pts ) ; Adjiwanou 11 ; Beesley 8 ; Rat 7 ; Preira 3 ; Siraudin 3 ( 1 à 3 pts ) ; Andrieu 2 ; Corinus 2 ; Gueye 2 ; Vinuales 2.

Le début de rencontre voit les expérimentés visiteurs tenter d’imposer le tempo grâce à une belle circulation de balle. Les Montois semblent pris de court et il faut un Racon des grands soirs, auteur des 6 premiers points de son équipe, pour qu’ils ne se fassent pas distancer. Le jeu s’équilibre ( 10 partout après 5 minutes ) puis les locaux parviennent à accélérer et à provoquer des fautes qu’ils ont le bon goût de convertir en points depuis la ligne de réparation. Ils atteignent ainsi la première bouée en tête : 21 à 16. La reprise est Girondine mais les locaux défendent leur pactole avec acharnement. Cela leur offre des balles de contre qu’ils bonifient à l’image de Pawlicki auteur d’un triple fulgurant ( 32 à 23 à la 25è ). Les verts n’y arrivent pas et perdent beaucoup de balles sous la pression défensive des locaux. La mi-temps est atteinte sur le score sans appel de 42 à 30. Sermonnés au vestiaire, les Girondins reprennent la direction du jeu mais ils ne parviennent pas à concrétiser. Le score évolue peu et l’écart se maintient au dessus de la barre des 10 points ( 52 à 41 à la 27è ). En fin de quart temps, les Montois accélèrent de nouveau et Boteko claque un dunk rageur sur un contre : 58 à 43 à la 30è. Le début du quart temps de vérité est totalement à l’avantage des locaux qui infligent un 8 à 0 à des visiteurs dépassés. Coach Coraboeuf est obligé de prendre un temps mort  pour arrêter l’hémorragie ( 66 à 43 à la 33è ). Bien lui en prend car l’écart se stabilise autour des 20 unités. Si l’issue de la rencontre ne fait plus de doute, la lutte pour le goal average particulier va servir de fil rouge aux dernières minutes de jeu. A 48 secondes de la fin, les Médocains, vainqueurs 89 à 71 au match aller, pensaient encore pouvoir sauver l’essentiel en revenant à 18 points : 71 à 53. C’est alors que Mitterrand s’est embrasé et a assisté à la fantasia des locaux qui, par une pression défensive de grande intensité, ont fait “exploser” les visiteurs dans les derniers instants sur un dunk de Daroux, puis par le filou Pawlicki et enfin par le “spécialiste” Dupouy auteur d’un nouveau triple au buzzer : 78 à 53. Ce 7 à 0 final permet aux Montois de reprendre le goal average et la place de dauphin du REAL qui, sans jouer, est le grand gagnant de la soirée.

Place maintenant à la mythique Coupe des Landes qui va voir les Montois affronter l’ESMS vendredi à 22 h 30 à Doazit, huit jours avant le match retour face aux Diables Rouges dans cette même salle.

Les Montois ne retrouveront leur antre que le 13 avril, pour la toute dernière journée, où ils mettront un point d’honneur à garder leur parquet inviolé.

Nationale 3 : Les Montois défaits à Saint Médard 86 à 78.

Lieu : Saint Médard. Spectateurs : 200.

Arbitres : Thieery et Ortis. Mi-temps : 49 à 35.

Scores par quarts temps : 24 à 8 ; 25 à 27 ; 19 à 20 ; 18 à 23.

Saint Médard : 24 fautes personnelles, aucun joueur sorti. 16 lancers francs réussis sur 27 tentés.

Les points : Beesley 24 ( 3 à 3 pts ) ; Kouloumba 20 ( 4 à 3 pts ) ; Le Prado 16 ( 3 à 3 pts ) ; Caille 13 ; Ballade 10 ; Barrimi 1 ; Dupuis – ; Fautrat – ; Murzin -.

Stade Montois : 21 fautes personnelles, un joueur sorti : Laffitte ( 38è ).  20 lancers francs réussis sur 29 tentés.

Les points : Racon 23 ; Pawlicki 17 ( 3 à 3 pts ) ; Dupouy 15 ( 1 à 3 pts ) ; Laffitte 8 ; Campergue 7 ; Daroux 6 ; Lafférrère 2 ; Botton – ; Goram – ; Matiu -.

Le voyage n’était pas des plus long mais les hommes de Patrick Dumas et Jeff Cabannes n’étaient pas encore sortis du bus au moment du coup d’envoi au point de réaliser certainement leur pire premier quart temps de la saison soldé sur le score cinglant de 24 à 8 en faveur des locaux. Dès lors, la mission devenait quasi impossible d’autant qu’ils étaient privés de Boteko, suspendu, mais aussi de Goram et Botton touchés à la cheville. La fable de La Fontaine s’est une nouvelle fois répétée et la tortue ( très adroite avec pas moins de 10 réussites à 3 points ) a su contenir le retour du lièvre ( moins prolifique dans ce domaine avec seulement 4 tirs primés ). Le retour des blessés et du suspendu devraient permettre aux Montois d’afficher un tout autre visage samedi face à Castelnau défait à La Roche sur Yon.

Nationale 3 : Les Montois terrassent le REAL 74 à 59.

Lieu : Espace Mitterrand. Spectateurs : 550.

Arbitres : Mara et Lavens. Mi-temps : 32 à 24.

Scores par quarts temps : 16 à 16 ; 16 à 8 ; 16 à 15 ; 26 à 20.

Stade Montois : 19 fautes personnelles, un joueur sorti : Goram ( 38è ). 11 lancers réussis sur 17 tentés.

Les points : Dupouy 20 ( 4 à 3 pts ) ; Boteko 16 ( 3 à 3 pts ) ; Goram 13 ; Daroux 11 ; Laffitte 4 ; Pawlicki 4 ; Racon 4 ; Campergue 1 ; Lafférrère 1 ; Matiu -.

REAL Chalossais : 22 fautes personnelles, un joueur sorti : Brocaires ( 39 è ). 10 lancers réussis sur 13 tentés.

Les points : Condé 25 ; Ilardia 12 ; Latapy 8 ; Benoît 7 ; Brocaires 3 ( 1 à 3 pts ) ; Labat E 2 ; Labat T 2 ; Doche – ; Tresgots -.

Devant un parterre d’observateurs avertis, cette rencontre avancée de la 16 ème journée débute sur un faux rythme. Les Réalais effectuent le meilleur départ ( 0 à 3 ) mais commettent des fautes. Le jeune Romain Dupouy en profite pour ramener les siens à hauteur ( 7 partout à la 5è ). Pour autant, les visiteurs dominent dans les airs par Ilardia et surtout Condé qui règne déjà en maître dans la raquette. Sa sortie en fin de période permet aux Montois d’égaliser de nouveau à la première bouée atteinte sur le score de 16 partout. Le début de l’acte 2 n’est pas plus folichon que le premier et les défenses prennent le pas sur les attaques des deux côtés. Les pertes de balles sont nombreuses et le score évolue peu. Racon, qui avait beaucoup tenté sans la moindre réussite, marque enfin de près ( 20 à 18 à la 14è ) et les locaux prennent la mesure de leurs adversaires grâce à une grosse activité en défense. Ils procèdent par contres fulgurants ( 25 à 18 à la 16è ). Le REAL perd le fil d’autant qu’il est dans la pénalité, ce dont les locaux ne profitent qu’à moitié aux lancers. Pour autant, ils atteignent la mi-temps avec une belle avance ( 32 à 24 ) fruit d’une défense de fer ( 16 à 8 sur le quart temps ). Le début du troisième acte est lui aussi stérile pendant deux minutes mais les Réalais reprennent la maîtrise de la rencontre par Benoît et l’inévitable Condé. Ils parviennent à refaire leur handicap et à égaliser à la 27è : 39 partout. Les Montois sont perturbés par la défense de zone des Chalossais mais Botéko et ce diable de Dupouy réduisent leurs efforts à néant en inscrivant des triples assassins, dont un au buzzer : 48 à 39 à la 30è. Dès le début de l’acte de vérité, Brocaires écope de sa 4è faute et rejoint le banc. Il assiste impuissant à l’envolée des locaux ( 56 à 41 à la 34è ). La tension monte d’un cran et les esprits s’échauffent un peu car les Montois entrevoient la possibilité de récupérer le goal average ( 93 à 74 au match aller ). Le REAL s’en remet de nouveau à Condé pour recoller un peu ( 64 à 50 à 2 minutes 30 du buzzer ). Confondant vitesse et précipitation, les Montois commettent des fautes et sont sanctionnés depuis la ligne de réparation ( 67 à 55 à la 39è ). Le dernier triple de Botéko au buzzer donnera un peu plus d’ampleur au succès Montois mais cela ne suffira pas pour qu’ils reprennent le goal average particulier, paramètre qui pourrait s’avérer décisif au soir de la dernière journée.

Patrick Dumas ( coach du Stade Montois ) : “La rencontre a été assez hachée, sans grandes envolées, mais je suis satisfait d’avoir rectifié le tir par rapport au match aller et d’avoir remporté la victoire. Je tiens à féliciter tous les joueurs pour leur implication collective dans tous les secteurs du jeu. Cela pose de bonnes bases alors que nous avons un calendrier difficile qui nous attend.”

Rémi Conderanne ( coach du REAL Chalossais ) : Bravo au Stade Montois qui mérite amplement sa victoire. Je regrette notre entame de match où on a perdu trop de balles et où on ne s’est pas mis en confiance, surtout en attaque. On a ensuite subi le rythme et les impacts. On n’a pas su les emmener où nous voulions et je n’ai pas reconnu mon équipe ce soir au niveau de la solidarité. La seule satisfaction est d’avoir réussi à préserver le goal average particulier”

Nationale 3 : Le REAL vient en leader à Mitterrand ce vendredi à 20 h30.

En quelques semaines, les choses ont basculé en tête de la poule. A la trêve, les Médocains de Castelnau avaient la faveur du pronostic pour la montée suite à leur phase aller parfaite mais ce début d’année 2019 leur est moins favorable. Ils ont tout d’abord chuté après prolongation à Saint Georges Montaigu avant de se faire dominer dans les grandes largeurs lors de la dernière journée par le REAL qui a récupéré au passage le goal average particulier. Ce paramètre pourrait d’ailleurs avoir une importance capitale au soir de la dernière journée. Du coup, les Chalossais, auteurs d’une reprise en fanfare avec au passage un succès très autoritaire à Doazit, occupent le fauteuil de leader et n’ont pas l’intention de céder leur place à quiconque. Voilà les nouvelles bases de ce dernier derby de la saison à Mitterrand. En temps normal, la rencontre aurait déjà eu du piquant mais l’enjeu sportif vient relever un peu plus la sauce. En effet, les Montois, troisièmes avec seulement trois défaites, peuvent encore espérer monter sur le trône. Ce sera possible pour eux à la condition de faire carton plein mais aussi de reprendre le goal average particulier aux deux formations qui les précèdent. Ce ne sera pas chose simple car ils s’étaient nettement inclinés à Castelnau, retour le 9 mars à Mitterrand,  mais aussi lors du match aller à Toulouzette où ils n’avaient tenu qu’un quart d’heure avant de subir la loi de leurs hôtes qui souhaitaient fêter dignement les adieux de leur ailier Meuel retourné depuis en Nouvelle Calédonie. Le challenge est très relevé pour les hommes de Patrick Dumas et Jeff Cabannes mais ils vont aborder cette rencontre avec la volonté de donner une autre image que celle laissée au match aller où, sans meneur valide au bout d’un quart d’heure, ils avaient beaucoup trop subi. La présence de leur capitaine Adrien Laffitte devrait sensiblement modifier les choses dans le domaine.  Il faudra toutefois que tous les Montois soient au diapason pour espérer renverser la montagne Réalaise dont le calendrier de fin de saison est nettement plus favorable que celui de tous ses adversaires directs. De nombreux supporteurs jaune et noir sont attendus pour aider la jeune escouade de la Préfecture dans son entreprise.

Lieu : Espace Mitterrand. Coup d’envoi : 20 h 30.

Super Coupe Sud Ouest : Les Montois passent en quarts.

Cela n’a pas été une formalité, loin de là, mais les hommes de Patrick Dumas et Jeff Cabannes sont sortis des griffes de leurs hôtes au bout d’une rencontre très longtemps indécise. Pourtant, ils avaient quasiment effacé les 7 points de handicap en seulement dix minutes ( 22 à 21 ) et les plus optimistes pouvaient croire à un cavalier seul mais il n’en fut rien. Les deux quarts temps qui suivirent virent les deux formations faire jeu égal ( 34 à 35 à la pause puis 51 à 48 à la 30è ). Les visiteurs ont finalement fait respecter la hiérarchie au dernier acte remporté 14 à 24.  Il leur faudra toutefois montrer un tout autre visage vendredi soir s’ils veulent s’offrir le scalp du REAL. Rendez-vous vendredi 22 février, à 20 h 30, à l’Espace François Mitterrand.

Score final : Colayrac 65 Stade Montois 72.

Powered by wordpress| Compare Premium WordPress Themes