Final Four de la Super Coupe Sud Ouest

Cela fait un sacré bail que les Montois n’ont plus fait le chemin de “La Mecque” pour y disputer une finale. Le dernier voyage date de 2012 où les gars de la Préfecture s’étaient inclinés d’un tout petit point face au HDC ( 66 à 65 ) en finale de la Coupe du Monde des Landes au bout d’une rencontre aussi haletante qu’électrique. L’année précédente avait été plus favorable puisqu’il y avaient remporté leur dernier trophée : la Super Coupe Sud Ouest édition 2011. Depuis, le club de la Préfecture s’est montré particulièrement discret dans les compétitions à élimination directe, encaissant parfois de retentissants camouflets face à des équipes issues de divisions bien inférieures. Il a fallu l’arrivée aux affaires du Chalossais Patrick Dumas pour redonner du mordant à ses troupes. Dès la saison dernière, on avait retrouvé des garçons mobilisés vendant chèrement leur peau, chose qui avait bel et bien disparue les années précédentes. Cette année, lors des premiers tours de la Super Coupe, le tirage au sort leur a désigné des adversaires qu’il leur a fallu vaincre sur leurs terres et ils ont su faire preuve d’autorité à Colayrac et à Pau. Certes, la quête du Graal du basketteur Landais ( Coupe Guy Candau ) s’est brutalement interrompue en quarts de finale face à l’ESMS mais cette dernière a senti le vent du boulet et n’a dû sa qualification pour le dernier carré qu’à une rédhibitoire panne d’essence des Montois au moment de l’emballage final. Le tir a été rectifié quelques jours plus tard en quarts de finale de la Super Coupe et les gars de la Préfecture ont brillamment obtenu leur revanche. Ils se sont ainsi réouvert les portes de La Mecque et espèrent en ressortir “à hombros”, comme chacun des 4 participants à cette fête. Le temps étant passé, il ne reste que le capitaine Adrien Laffitte à avoir participé aux finales de 2011 et 2012. Bien entendu, il compte fermement emmener ses troupes vers un succès qui serait le cinquième depuis la création de l’épreuve. En demi-finale, les Montois héritent de la seule formation engagée en championnat régional ce qui les installe automatiquement dans le fauteuil de favori. Ce n’est assurément pas la place qu’ils préfèrent occuper mais, comme pour les premiers tours, il va falloir qu’ils s’en accomodent et fassent preuve d’autorité. En outre, il est fréquent que le public prenne fait et cause pour le “petit poucet” Dacquois qui viendra presque en voisin et sera bruyamment soutenu par une armée de supporteurs galvanisés par le retentissant exploit accompli par la bande à Cambon face à Garonne. En tout cas, le Stade Montois refait surface en matchs de coupes depuis deux ans, cela n’est pas pour déplaire à son fidèle carré de partisans qui auront plaisir à retourner eux aussi à La Mecque.

Pas de trackback et commentaire autorisés.

Comments are closed.

Powered by wordpress| Compare Premium WordPress Themes