Retrouvez l’interview de Rémi Tales dans la plaquette du Stade Montois Omnisports !

La nouvelle plaquette du Stade Montois Omnisports est en ligne sur le site www.stade-montois.org (https://fr.calameo.com/read/0004145922d21e32d8151) !

Retrouvez toute l’actualité des 34 sections mais aussi des articles sur nos champions à commencer par Patou et Rémi Tales dont c’est le grand retour à Boniface ce dimanche 2 septembre contre Béziers !

Vous trouverez aussi des dossiers sur le Sport Entreprise, Sport Santé, Sport Insertion et bien d’autres. Un grand merci à Michel Lacrouts pour la rédaction des interviews et notre partenaire Copytel pour la mise en page.

Plaquette de 80 pages à se procurer gratuitement sur le stand du Stade Montois Omnisports lors du prochain forum de Nahuques les 8 et 9 septembre mais aussi au forum de la BA118 le mercredi 12 septembre.

Extraits de l’échange avec Rémi Tales :
 
Rémi TALES fait son retour dans son club
formateur, il évoque son parcours et les futures
échéances montoises.
 
Ton retour en Pro D2 a pu surprendre, n’as-tu
pas été tenté de rester en top 14 pour un ultime
contrat ?
 
Rémi TALES : Bien sûr que l’on est toujours tenté de
rester au plus haut niveau, j’ai eu quelques opportunités
en top 14, avec des offres financières plus alléchantes,
mais c’est un tout. En pesant le pour et le contre, j’ai
privilégié un retour chez moi, dans le club qui m’a formé,
en pensant également à mon reclassement.
 
Ressens-tu une pression particulière ?
 
R.T : Je sais qu’il peut y avoir une certaine attente, je n’ai
pas de grosse pression particulière, mais je vais surtout
essayer de bien faire, d’apporter mon expérience, en
tout cas, je vais faire le maximum pour que tout se
passe bien.
 
Que retiens-tu des trois clubs où tu es passé ?
 
R.T : Les trois étaient tous différents, ils m’ont tous
apporté quelque chose, j’ai ainsi vu voir l’évolution du
rugby. A La Rochelle, alors en Pro D2, c’était très familial,
les dirigeants préparaient en amont les structures pour
évoluer en top 14. Le club a grossi petit à petit, j’ai participé à l’accession, un super souvenir. Puis j’ai signé
à Castres, familial également, mais déjà en avance, plus
professionnel, avec un budget plus conséquent. Enfin
au Racing 92, j’ai connu le très haut niveau, avec des
structures et des installations dignes d’un grand club
d’Europe, je souhaite d’ailleurs à tous joueurs de pouvoir
connaître ce genre de club.
 
Paradoxalement, dans ta longue carrière, tu n’as
pas connu beaucoup d’entraîneurs, quel est celui
qui t’as le plus marqué ?
 
R.T : Effectivement, après le stade montois, je n’ai
connu que cinq entraîneurs, c’est peu dans une carrière,
Darricarrère/Milhas à La Rochelle, Travers/Labit,
Reggiardo pendant six mois à Castres, où nous avons
connu des moments très forts, afin d’assurer le maintien.
Tous m’ont apporté, je les remercie sincèrement, ils m’ont
tous fait une grande confiance, je ne garde que de bons
souvenirs, partout ou je suis passé.
 
Que retiens-tu des dernières années passées au
Racing 92, confronté à une grosse concurrence ?
 
R.T : Bien sûr, la concurrence dans ce genre de club est
très forte, notamment à mon poste avec Dan CARTER
que l’on ne présente plus, mais elle a été toujours
très saine. Ces trois saisons ont été toujours été très
positives pour moi, j’ai tout de même pu disputer deux coupes d’Europe, malheureusement perdues, la
dernière il y a trois mois dans le stade de Bilbao. J’ai vu
dans ce club, des supers joueurs, je retiens notamment
Joe ROKOCOKO, exceptionnel sur le terrain, mais
également en dehors.
 
Parles-nous de ton passage en équipe de France ?
 
R.T : J’y ai connu de grands moments, avec une coupe
du monde jouée, les tournées, deux tournois des
six nations, des satisfactions, mais également des
déceptions, avec notamment l’élimination en quart de
finale contre les Blacks en 2015.
 
Tu reviens à Mont de Marsan, ton club formateur,
on peut imaginer que tu as trouvé beaucoup de
changements ?
 
R.T : Lorsque je suis parti, on s’entraînait au Loustau,
en 10 ans, il y a eu un gros travail d’effectué, tout a
évolué, avec de nouvelles structures d’entraînement, de
nouvelles tribunes, une organisation bien huilée.
 
Tous les ans, Mont de Marsan, avec un budget serré,
atteint le tableau final, sans pouvoir franchir le cap
de l’accession. Comment vois-tu la saison à venir ?
 
R.T : La première étape est d’être dans les six, ce ne sera
pas simple, vu que le niveau est toujours plus relevé,
avec des adversaires nombreux à vouloir y être aussi.
Après, lorsqu’on est dans les phases éliminatoires,
tout repart à zéro et tout est possible. D’abord restons
humble, c’est comme ça que l’on peut réussir à faire de
grandes choses.
 
Est-ce ton dernier contrat ?
 
R.T : Rien n’est définitif, je ne me suis pas fixé
d’échéance, je verrais dans deux ans comment je suis et
ce que le club veut faire de moi.

-- Télécharger Retrouvez l'interview de Rémi Tales dans la plaquette du Stade Montois Omnisports ! en PDF --


Pas de trackback et commentaire autorisés.

Comments are closed.

Powered by wordpress| Compare Premium WordPress Themes