Yannick Dehez remporte son premier combat professionnel, samedi à l’Argenté.

Effectuer ses débuts professionnels dans sa salle n’est pas la chose la plus aisée qui soit : à l’enjeu de la découverte d’une nouvelle pratique avec un temps de combat plus long (le Montois Yannick Dehez disputait, pour la première fois de sa carrière, un combat en six reprises de trois minutes) s’ajoute la pression de ne pas vouloir décevoir les siens. Surtout qu’en face, si Chabane Fehim, citoyen de Rouen de 24 ans qui défend sur les rings les couleurs du club auvergnat de Moulins, effectuait lui aussi son premier combat professionnel, il disposait d’une expérience internationale beaucoup plus solide avec de nombreux combats dans les pays de l’Est et une participation au tournoi de qualification pour les Jeux olympiques de Londres. Mais il n’était plus monté sur un ring pour combattre depuis avril 2013 « suite à une première déception » selon ses dires, après avoir perdu ses trois derniers combats.

DSC_0432

Travail au corps

Le duel s’est engagé sur le mode mineur avec un travail au corps des deux boxeurs, Yannick Dehez présentant une boxe plus variée. On est logiquement monté en pression dans la deuxième reprise, la troisième a été plus équilibrée. Au début de la deuxième partie du combat, les échanges sont devenus vifs et suivis. Fehim a semblé prendre le dessus d’autant que ses coups avaient réveillé les stigmates des blessures de la demi-finale des championnats de France amateurs trois semaines plus tôt et le sang maculait le visage de Dehez. Les accrochages et les divers travers destinés à gêner l’adversaire se sont alors multipliés de part et d’autre, nuisant au rythme du combat.
DSC_0444
Verdict serré

« Yannick ! Yannick ! » scandait l’Argenté un brin chauvin, alors que l’enfant du pays y mettait tout son cœur, mais s’exposait à quelques vives répliques du Normand. Même si Yannick Dehez a levé victorieusement le bras dès que le gong a mis fin au combat, on sentait que le verdict serait serré. Un match nul n’aurait sans doute pas été scandaleux mais on était en demi-finale du Tournoi de France et il fallait un vainqueur : un juge a désigné Fehim avec un point d’avance, les deux autres ont vu Dehez avec deux points d’avance.

DSC_0451
L’Argenté a exulté, Yannick Dehez et son entraîneur de père se sont lancés dans un tour d’honneur triomphant quand Fehim se réfugiait dans le mutisme avant de lâcher au sortir de la douche : « Je n’ai rien contre Dehez qui a fait son combat et que je respecte, mais ce qui est terrible en France, c’est qu’on ne gagne pas quand on boxe à l’extérieur, sauf à descendre son adversaire ».

Alain Douaud

vous pouvez laisser une réponse, ou trackback de votre site.

Laisser un commentaire

Powered by wordpress| Compare Premium WordPress Themes